Marseille : agression homophobe dans le quartier du Panier


Le 2ème arrondissement de Marseille a été le théâtre d'une violente agression homophobe, le samedi 24 juillet dernier.

Ce jour-là, à 21 h, dans le quartier du panier, Rémi, 24 ans est en train de se préparer pour sortir en ville. Un de ses voisins de pallier prétextant du bruit dans l'appartement, défonce littérallement la porte d'entrée et pénètre dans le domicile de Rémi.

Altercation avec des amis présents, insultes homophobes ; la compagne de l'agresseur participe aux violences et tous deux passent à tabac Rémi pendant une demi-heure jusqu'à l'arrivé des parents de ce dernier.

Les agresseurs s'enfuient alors mais pour mieux revenir un peu plus tard accompagnés d'une vingtaine de personnes au bas de l'immeuble hurlant une heure durant des insultes homophobes et des menaces de mort.

Depuis l'agression Rémi ne cesse d'être violenté et redoute de rentrer à son domicile. Il a porté plainte contre ses agresseurs et est soutenu par le Collectif contre l'homophobie et le sexisme de Marseille qui est décidé à donner une suite judiciaire à cette affaire selon les informations données hier par son avocat, Me Cohen.

Source : e-llico
Mis en ligne le 03/08/04.

Agression de Marseille : une élue impliquée


L'agression homophobe de Rémi à Marseille met en cause une élue locale selon les informations livrées par l'avocat du garçon. Il s'agit d'Angélique Sanchez, une conseillère d'arrondissement de la mairie du 2ème.

Lors d'une conférence de presse, hier, l'avocat de Rémi Régis, Me Dany Cohen, a affirmé qu'Angélique Sanchez, conseillère d'arrondissement de la mairie du IIe arrondissement, avait participé avec son compagnon, l'agresseur qui a cassé la porte et a battu violemment Rémi en proférant des injures homophobes, à la violente agression dont il a été victime le 24 juillet dernier.

Le Collectif contre l'homophobie et le sexisme, qui assiste Rémi a eu une entrevue avec Michel Losito, adjoint au maire des IIe et IIIe arrondissements de Marseille qui a manifesté "son soutien" dans cette affaire.

Angélique Sanchez, quant à elle, prétend qu'une attitude "exhibitionniste" du garçon agressé serait à l'origine du drame.

Source : e-llico
Mis en ligne le 04/08/04